Les autorités fiscales en recherche

Extrait
Les autorités fiscales (TVA ou impôt sur le revenu) ont accès aux locaux que vous utilisez pour votre profession. Sans aucun doute. Mais s'ils veulent également vous "rendre visite" à votre domicile ou dans des locaux privés, ils doivent d'abord se rendre au tribunal d'instance pour obtenir une autorisation. Une telle visite ne peut avoir lieu qu'entre cinq heures du matin et neuf heures du soir.

Plus qu'une formalité

L'inspection spéciale des impôts (BBI) souhaitait effectuer une visite au siège d'une société et aux adresses privées des administrateurs. Comme il se doit, ils demandent une autorisation au magistrat et l'obtiennent presque immédiatement. Un peu moins de deux semaines plus tard, le moment est venu.
La décision du magistrat n'est pas "contradictoire" : les contribuables concernés n'ont pas la possibilité de se présenter devant le magistrat pour discuter du sens ou du non-sens d'une telle visite. Ce n'est pas illogique : après tout, les autorités fiscales veulent créer un élément de surprise et éviter que les preuves ne disparaissent.
Mais dans l'affaire en question, le juge de police avait, sans grande délibération, approuvé la perquisition. Et c'était un peu trop simple pour la Cour constitutionnelle (arrêt n° 104/2019).

Le contrôle a posteriori doit être possible

La Cour constitutionnelle a principalement buté sur le fait que la demande du Service d'enquêtes spéciales elle-même ne contenait pas beaucoup de raisons pour lesquelles une perquisition était nécessaire dans ce cas. Par conséquent, la décision du magistrat était elle-même peu motivée.
Comme mentionné ci-dessus, il est évident que le juge de police prend sa décision à la demande des autorités fiscales uniquement, sans impliquer le contribuable. Cependant, afin de permettre un contrôle ex post de la décision du juge, ce dernier doit également motiver efficacement sa décision.

Les propres directives de l'administration fiscale indiquent qu'une demande de perquisition adressée au juge de police doit être motivée de manière concise. En particulier, la demande doit indiquer clairement pourquoi la perquisition d'une résidence est nécessaire.

Alors, que reste-t-il à vérifier ?

Toute enquête menée par les autorités fiscales à l'égard d'un contribuable doit être légitime, prévisible et nécessaire. Cela s'applique à tous les actes d'investigation. L'inspection des locaux privés, comme l'inspection des locaux professionnels, est un acte d'investigation qui doit répondre à ces conditions.
Une recherche doit être raisonnablement proportionnelle à l'objectif. C'est précisément la raison pour laquelle un magistrat doit d'abord accorder une autorisation. Si cette autorisation est donnée automatiquement, sans que la demande soit motivée, il est impossible de juger a posteriori si les conditions légales sont remplies. La Cour constitutionnelle a donc décidé littéralement qu'en plus des informations figurant dans le dossier, l'autorisation de procéder à la visite doit également indiquer "la raison pour laquelle elle est nécessaire".

Les derniers articles

Registre UBO : pas de report, mais une politique de tolérance

Le 30 septembre était la date limite absolue pour l'enregistrement des "bénéficiaires effectifs" de votre société. Cependant, une semaine avant cette date, nous avons obtenu un certain "report". Mais à partir du 1er janvier 2020, votre entreprise devra fournir les informations nécessaires, faute de quoi des sanctions seront imposées.

Dons d'assurance : aucune économie sur les droits de succession

Si vous faites une donation dans les 3 années précédant votre décès, cette donation sera prise en compte dans le calcul de votre succession et des droits de succession dus, sauf si des droits de donation ont été payés. Si vous faites don d'un contrat d'assurance-vie, vous n'échapperez pas à cette règle. En effet, le montant du don sera ajouté à votre succession, même si vous décédez plus de trois ans après le don.

Règles de diligence raisonnable en matière de TVA

En tant que redevable de la TVA (indépendant ou société), vous devez payer la TVA que vous avez reçue de vos clients sur une base mensuelle ou trimestrielle et vous pouvez déduire la TVA que vous avez payée vous-même. Il est donc important de savoir quand la TVA est due. Est-ce lorsque vous recevez un acompte, que vous établissez une facture ou que le client paie ? Nous examinons la question du point de vue du fournisseur/prestataire de services.